Romain Trébuil co-fondateur de Circle Sportswear ©Circle

Oculus® ce sont des interviews pour garder l’oeil sur les marques remarquables, les #dnvb ou les entrepreneurs qui font bouger les lignes. Ce sont des échanges pendant lesquels on prend le temps d’aller au fond des sujets et le temps de comprendre l’état d’esprit d’un entrepreneur du changement.

Savez ce qu’est le plogging ? Ce nouveau sport venu de Suède est l’activité de prédilection des coureurs soucieux de l’environnement. Combinaison du mot “jogging” et de “plocka upp”, l’expression suédoise pour “ramasser”, le plogging consiste à ramasser les déchets pendant que vous courez ou marchez. Plébiscité depuis le début des confinements…


Marie-Ann Washtmeister et Manuel Mallen, les deux co-fondateurs de Courbet. ©Dmitry Kostyukov

Oculus® ce sont des interviews pour garder l’oeil sur les marques remarquables, les #dnvb ou les entrepreneurs qui font bouger les lignes. Ce sont des échanges pendant lesquels on prend le temps d’aller au fond des sujets et le temps de comprendre l’état d’esprit d’un entrepreneur du changement.

Si vous êtes familiers avec l’univers du rugby, le « pilier nouvelle génération », ça vous parle ! Vous savez, le pilier, le gars de première ligne, celui qui ne fait pas que pousser et qui sait aussi courir. Je n’ai pas de meilleure description pour Manuel Mallen, cet ancien joueur monté…


Thibault Lamarque Président et CEO de CASTALIE — © CASTALIE / Emmanuel Delaloy

Oculus® ce sont des interviews pour garder l’oeil sur les marques remarquables, les #dnvb ou les entrepreneurs qui font bouger les lignes. Ce sont des échanges pendant lesquels on prend le temps d’aller au fond des sujets et le temps de comprendre l’état d’esprit d’un entrepreneur du changement.

L’eau en bouteille est un marché qui brasse des milliards de dollars qui repose sur un vide juridique : à qui appartient l’eau ? Bien public, gains privés comme le soulignait l’enquête d’Arte : “Bottled Life”. Un gigantesque business et une catastrophe écologique, sans parler de l’impact sur la santé ou du…


Les deux co-fondateurs de Japhy François Puigsarbé et Thomas Chabrier ©Japhy

Oculus® ce sont des interviews pour garder l’oeil sur les marques remarquables, les #dnvb qui font bouger les lignes. Ce sont des échanges pendant lesquels on prend le temps d’aller au fond des sujets et le temps de comprendre l’état d’esprit d’un entrepreneur du changement.

Le marché des animaux de compagnie a le vent en poupe. Un foyer sur deux possède au moins un chat ou un chien, voire les deux. Le marché mondial ne cesse de progresser, tiré par la demande et par la part croissante des dépenses consacrées à ces compagnons de vie, plus que jamais considérés comme un membre à part entière de la famille. Un phénomène qui n’a pas échappé à la Pet tech qui entend bien croquer des parts de marché aux mastodontes bien installés. Beaucoup de nouveaux entrants, peu d’heureux élus. Parmi les grands gagnants, la France peut compter sur son potentiel champion avec Japhy, qui après avoir installé sa marque de Petfood, élargit son offre au Petcare. Avec François Puigsarbé son co-fondateur, nous explorons cette verticale pour bousculer les idées reçues. Je voulais comprendre les enjeux de cette industrie, c’est avec franchise, humilité et talent que François m’a répondu.

Viviane : Hello François, d’où est née l’idée de Japhy comment as-tu eu l’idée du modèle DNVB ?

François : On est deux à avoir crée Japhy, avec mon associé Thomas Chabrier qui est aussi mon copain d’enfance. Depuis petits, on savait qu’on voulait créer notre boîte. Petits, on était toujours en train de lancer…


Jonathan, Axel et Thomas Lang, co-fondateurs de Chefclub. ©Chefclub

Oculus® ce sont interviews pour garder l’oeil sur les marques remarquables, les #dnvb qui font bouger les lignes. Ce sont des échanges pendant lesquels on prend le temps d’aller au fond des sujets et le temps de comprendre l’état d’esprit d’un entrepreneur du changement.

Une explosion de nouvelles marques digitales secouent le retail en réinventant des produits qu’elles commercialisent, vendent et expédient directement elles-mêmes, sans intermédiaire. Au passage, elles modifient radicalement les préférences et attentes des consommateurs, croquant des parts de marché significatives aux géants des biens de grande consommation, les FMCG (Fast Moving Consumer Goods). Si Chobani à réussi…


Morgan Hermand-Waiche, fondateur et CEO d’Adore Me — ©Adore Me

Oculus® ce sont interviews pour garder l’oeil sur les marques remarquables, les #dnvb qui font bouger les lignes. Ce sont des échanges pendant lesquels on prend le temps d’aller au fond des sujets et le temps de comprendre l’état d’esprit d’un entrepreneur du changement.

Si vous n’avez jamais entendu parlé d’Adore Me, vous risquez de vous réveiller bientôt avec le sentiment étrange d’être passé a côté d’un phénomène. Cette DNVB (Digitally Native Vertical Brand) lancée en 2012 par un français, fraichement sorti des rangs de Polytechnique et de Harvard a réussi l’exploit de conquérir le coeur et le corps de millions d’américaines de tous âges. Son idée : secouer le marché de la lingerie par une approche unique et inclusive. Ainsi chaque mois, Adore Me lance une nouvelle collection de 50 à 60 nouveaux modèles. Dans des tailles allant de la plus petite à la plus grande, adaptées à chaque morphologies et pour chaque style à des prix accessibles.

Six ans plus tard, Adore Me est devenu un acteur majeur sur la marché de la lingerie, le n°1 des ventes en ligne. La marque emploie plus de 130 personnes entre les États-Unis et l’Europe et a levé 11,5 millions de dollars de fonds de capital-risque. La startup a remporté le prix de l’engagement client en 2017, a reçu le prix des entreprises à la plus forte croissance de Crain’s à New York en 2016 et a reçu le prix des meilleurs détaillants à surveiller en 2016 de Business Insider. A l’origine de cette success strory à l’américaine, se cache Morgan Hemand-Waiche, un entrepreneur talentueux, déterminé et humble, à découvrir de toute urgence.

Viviane : Bonjour Morgan, j’avais déjà eu l’occasion d’échanger plusieurs fois avec Romain Liot qui est co-fondateur et COO d’Adore Me sur des sujets d’innovation technologique, comme sur votre centre logistique les moderne au monde, peut-être encore plus performant que les centres d’Amazon et avec Rodolphe Bereby, ton CFO. Je suis ravie que ton bref séjour…


Thomas Lemaslé et François Xavier Henry -cofondateurs d’Oé. - Photo ©Oé

Oculus® ce sont interviews pour garder l’oeil sur les marques remarquables, les #dnvb qui font bouger les lignes. Ce sont des échanges pendant lesquels on prend le temps d’aller au fond des sujets et le temps de comprendre l’état d’esprit d’un entrepreneur du changement. Pour cette interview, j’ai eu envie de savoir ce qui se passait dans la tête de Thomas Lemaslé, le co-fondateur de Oé, la DNVB qui réécrit les règles de la filière vigne et vin une à une, étapes par étapes. Pour construire le changement, Oé embrasse une approche Triple Bottom Line, dans laquelle les performances globales…


Emna Everard — fondatrice de Kazidomi — élue entrepreneur de l’année en 2019 ©Kazidomi

Le marché du bio est en plein boom poursuivant une courbe de croissance à deux chiffres. En 12 ans, il est ainsi passé de 2,1 Md€ à 11,9 Md€, selon les derniers chiffres publiés par l’Agence Bio. Une tendance de fond qui se renforce d’année en année, d’un confinement au suivant. Mais à y regarder de plus près, c’est un succès en demi-teinte, tant nous peinons tous à comprendre ce qui se cache réellement sous ce terme et son cortège de labels, de chartes et de logos plus ou moins intelligibles. Une chose est certaine, le bio n’est pas synonyme…


L’industrie de la mode est dans le rouge. Elle tournait comme une toupie sur elle-même depuis au moins une décennie de surproduction, de surconsommation et de gâchis. La pandémie a achevé de mettre à terre tout un modèle économique et avec elle, une certaine vision de ce que devait être la mode. Bien sur, le modèle classique s’adapte, pour certain. Mais souvent, ce sont des mirages marketing bâtis au gré des causes du jour. L’esprit du temps change entrainant avec lui les comportements des consommateurs. Dans ce monde à repenser, figurent quelques leaders déterminés, intègres et constants qui portent de…


Henri Puigsarbé et Antoine-Baptiste Leonetti, co-fondateurs de la DNVB Alcoool ©Alcoool

Oculus®, des interviews pour garder l’oeil sur les marques remarquables accompagnées par BrandAlchimy®

C’est vrai qu’ils sont très cool Henri Puigsarbé et Antoine-Baptiste Leonetti, les deux cofondateurs d’Alcoool, cette Digitally Native Vertical Brand qui nous promet de nous faire oublier définitivement le gueule de bois avec sa petite boisson naturelle. À peine sortis du lycée, ils se lancent dans l’entrepreneuriat avec une détermination et une intelligence d’exécution qui ferait pâlir plus d’un vétéran. Retour sur une interview toute en sourire, pendant laquelle on aborde un sujet léger et sensible. La consommation d’alcool est largement sous médiatisé, pourtant, selon une étude qu’ils viennent de réaliser en partenariat avec Dauphine Junior Entreprise les Français passeraient en moyenne 3 ans de leur vie en gueule de bois, soit exactement 1066 jours ! Un phénomène qui toucherait aussi bien les hommes que les femmes et dont l’impact économique est gigantesque.

Antoine-Baptiste aka AB : Merci beaucoup de nous recevoir dans Oculus. Je suis Antoine-Baptise Leonetti co-fondateur de Alcoool avec Henri. Je suis passé par Paris-Dauphine en mathématiques, j’ai une licence d’ingénierie financière et ensuite, je suis arrivé en École de Commerce, à l’Edhec, pour avoir plus de temps et m’orienter vers l’entrepreneuriat et c’est là que j’ai fait la rencontre d’Henri, au Club de Rugby.

Henri : J’ai 22 ans et je suis originaire du sud-ouest de la France, Catalan pur souche et programme assez classique prépa…

Viviane Lipskier

CEO @BrandALchimy, DtoC expert, Author 📚 “DNVB: les surdouées du commerce digital” éd. Maxima. Fascinated by creativity & innovation.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store